mise à jour : 13 août 2018
LA PROCHAINE RÉUNION DE L’ASSOCIATION AURA LIEU 
EN SEPTEMBRE 2018
REJOIGNEZ-NOUS!
Le courrier ci-dessous, comme tous les autres que l’association envoie, est basé sur des faits réels et documentés. L’intérêt que l’entreprise de traitement de produits contenant du mercure portait à la ZAC Polaxis n’est pas une invention, comme l’atteste le PV du conseil municipal de Neuillé-Pont-Pierre du 10 février 2015 téléchargeable ici: NeuilléPVCM10022015.pdf
UNE ENTREPRISE POLLUANTE SUR POLAXIS .... QUI S’INSTALLERA AILLEURS,
NOUS DEVONS RESTER TRÈS VIGILANTS !

En janvier 2015, une information est parvenue jusqu’à nos oreilles, à savoir qu’il y avait un projet d’installation d’entreprise de recyclage de produits mercuriels. Le mercure étant très dangereux et les mésaventures
d’entreprises de  recyclage de déchets dangereux  ayant fait l’objet d’articles dans la presse et de documentaires télévisés, nous avons décidé de nous informer et faire un courrier aux élus (conseillers communautaires de la CC de Gâtine et Choisilles et conseillers municipaux de Neuillé Pont Pierre). Le sujet a été abordé en conseil municipal de Neuillé Pont Pierre en février 2015 et au cours du conseil de mai 2015, il a été annoncé que l’entreprise irait s’installer ailleurs. Voici ci dessous le courrier qui avait été envoyé :

Objet : projet d'implantation d'entreprise	 sur  Polaxis

Mesdames et Messieurs les conseillers et délégués communautaires,
Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux de
la Commune de Neuillé-Pont-Pierre,

					Notre association qui existe depuis maintenant plus de 10 ans et que certains élus ne connaissent 
peut être pas du fait de leur nouvelle prise de fonction, souhaite attirer votre attention sur les points suivants.

Une réunion de commission "action économique" a eu lieu au siège de la Communauté de Communes de Gâtine et Choisilles lundi 12 janvier 2015. 
Au cours de cette réunion a été présentée une entreprise dont l'activité entrerait dans le cadre de la réglementation ICPE (dont la directive SEVESO est 
une variante) et le recyclage/la récupération de mercure à partir de déchets, les ampoules "basse consommation" ont été mentionnées, ces déchets entrent dans la catégorie des déchets dangereux et que les deux jeunes personnes dont c'est le projet, "débutent".
Suite à notre courrier au maire de Neuillé-Pont-Pierre, qui a donc appris par ce courrier le projet, un compte-rendu de cette commission a eu lieu lors du 
conseil municipal de février 2015 et d'autres éléments ont été rapportés, qu'il s'agirait d'ampoules, appareils, téléviseurs etc...., on se sait donc pas précisément quels déchets seraient traités, les élus qui ont reçu les deux personnes le savent-ils? L'entreprise serait classée SEVESO et un bâtiment pourrait être construit pour eux, il s'agirait donc certainement d'une location de locaux. Un débat s'en est suivi, les élus étant très réservés au vu des produits mercuriels traités, le mercure étant bien sûr l'une des substances les plus dangereuses pour la vie humaine et l'environnement. Le sujet concerne 
directement la qualité de vie et la santé des habitants de Neuillé-Pont-Pierre et plus loin puisque la pollution ne s'arrête pas aux limites des villages ou 
des cantons.
L'association est très surprise qu'une telle entreprise soit compatible avec l'installation de l'entreprise Navoti ! De plus, le jeune âge des porteurs du projet dans un domaine dans lequel l'argent est facile et rapide, le fait que la ComCom soit prête à louer un bâtiment qui ne pourra plus servir à autre chose qu'une autre activité polluante et dangereuse, mènent à penser que la priorité est au remplissage de Polaxis coûte que coûte ! Or notre but a toujours été et sera toujours que les habitants de nos cantons ne soient pas exposés à des pollutions qui nuiront à leur santé et leur qualité de vie.
Les DEEE (déchets d'équipements électriques et électroniques) et les déchets mercuriels sont classés comme déchets dangereux, cela associé au 
souhait de créer un second centre de tri inter-départemental couvrant la Sarthe, le Loir et Cher et l'Indre et Loire, pourrait faire de Polaxis un centre 
de traitement des déchets en tous genres, on retrouve ici la problématique d'un centre de valorisation des déchets de 2003 ! (1)
Plusieurs programmes télévisés ont couvert le sujet du recyclage de ce type de déchets, vous trouverez ci-dessous des commentaires et des liens pour les retrouver sur internet et pouvoir vous informer sur le sujet. Nous nous excusons d'avance si la lecture de ce document et l'exploitation des documents 
en liens internet vous est longue, mais il est impossible de faire court sur un sujet aussi important. Tous les reportages mentionnés devraient être vus 
dans leur totalité, nous vous guidons cependant sur les parties les plus appropriées.

Dans l'émission “Pollution des sols : le scandale caché” (2)  du 20/01/2015 sur France 5, on y voit le scandale de l'entreprise PalPak de Mazières de 
Touraine (officiellement recyclage d'emballages alimentaires et palettes) qui a abandonné sur place des bidons de produits chimiques et autres 
polluants ; le gérant a pu se ré-installer 5km plus loin. Exemple ici d'une entreprise qui a pollué l'environnement et qui est partie sans rendre de comptes, et qui de plus, traitait d'autres déchets que ceux pour lesquels elle était habilitée. Les inspecteurs de la DREAL ne peuvent pas contrôler toutes les entreprises ICPE soumises à déclaration ou autorisation ; en région Centre-Val de Loire, en 2014, 944 inspections ont été menées dans les 1926 
établissements concernés (3), le plus souvent lorsqu'un citoyen se fait lanceur d'alerte. Chaque entreprise n'est ainsi même pas inspectée une fois par an, lorsqu'elle l'est, elle est le plus souvent prévenue.  
Dans l'émission “Envoyé spécial”  de France 2 de mai 2011 intitulée “des ampoules pas si claires” (4), outre le fait que les ampoules sont dangereuses lorsqu'elles sont cassées, on y voit ce qui se passe dans une usine de recyclage. Le hangar est ouvert et aéré, les vapeurs de mercure et autres peuvent 
ainsi sortir et ne pas “trop contaminer” le site. Les brisures et la poudre contaminées sont enfouis en décharge de classe A, et que dire de l'usine CITRON (Centre International de Traitement et de Recyclage des Ordures Nocives) au Havre dont l'association “Robin des bois” avait alerté la dangerosité et que personne ne voulait entendre. Cette usine est tout simplement une catastrophe dans sa gestion, avec des sacs de verre non valorisable puisque chargé en mercure et autres, qui se percent, stockés à l'extérieur de l'usine ! Les débris dangereux peuvent se disséminer dans le milieu naturel. Aujourd'hui, l'usine est insolvable et c'est l'ADEME et les collectivités locales qui doivent financer la dépollution. Et si l'entreprise intéressée par Polaxis faisait la même chose, car le point commun à ce type d'activité est qu'elle semble être à court terme et il n'y a aucun recul. Les élus sont-ils prêts à nous faire prendre le risque à tous?  Vous trouverez plusieurs liens internet sur l'entreprise CITRON (5). 
D'ailleurs, le mercure se fixe dans les lichens et les milieux aquatiques entre autres. Si cette entreprise vient s'implanter à Neuillé-Pont-Pierre, cela 
signifiera que l'agriculture locale sera forcément impactée, les arbres fruitiers et autres produits du jardin seront dangereux à la consommation, que 
diront les producteurs de cassis qui ne sont pas très loin? Et puis se chauffer au bois deviendra dangereux! On a là tout un pan de notre vie 
quotidienne qui sera impactée, c'est tout simplement inacceptable. Les eaux usées émaneront forcément de l'entreprise, se retrouveront dans la station d'épuration, puis les mares, puis le ruisseau de La Chevrière puis l'Escotais, qu'en dit la Fédération de Pêche?
Sur le site d'Actu environnement, vous verrez un reportage dans l'entreprise “modèle” (un  article de Mediapart en lien à consulter plus bas, est plutôt 
réservé) Artemise près de Troyes (6), on peut y entendre de la bouche du directeur les préocccupations liées à la sécurité des employés, et à plusieurs
reprises, on peut voir la poudre blanche sur les tapis de triage des lampes néons, poudre qui peut se retrouver sur les cheveux et les vêtements des 
employés, et peut aussi être inhalée. La classification des dangers liés au mercure dans les ICPE peut être consultée dans le guide INERIS notamment 
en pages 24 et 63 (7). D'ailleurs L'INRS a publié un document très intéressant sur les risques professionnels liés à la filière des lampes usagées :
“Aide au repérage des risques dans les points de collecte, les entreprises de collecte et de recyclage” (8), on peut y lire qu'il est conseillé d'aérer les 
locaux, encore une fois, les riverains risquent cher.
Une autre entreprise fait parler d'elle à Montluçon pour contamination de ses employés (Environnement Recycling), elle recycle notamment des 
téléviseurs! (9).
Dans le rapport d'activité de Recylum de 2013 (10), on peut lire à la page 22 que le taux de recyclage des ampoules est de 96%, le chiffre toujours 
affiché pour faire dire que le recyclage des ampoules est une activité écologiquement noble ; on lit sur la même page “Pour information, les brisures de 
verre qui sont introduites dans des incinérateurs en lieu et place de la silice afin de protéger les surfaces réfractaires, comme le permet la Commission Européenne (voir plus loin le § intitulé « valorisation matière »), sont considérées depuis 2009 comme ayant été recyclées” et effectivement dans le 
tableau, on peut voir le tour de passe-passe : en 2013, recyclage (incluant la valorisation matière) : 93%, valorisation énergétique : 0,6%. Ainsi, même 
avec cette filière de recyclage, il y a incinération, contrairement à ce qu'un élu de la ComCom pensait lorsqu'il disait qu'il valait mieux recycler plutôt qu'incinérer : l'un n'empêche pas l'autre. D'ailleurs, l'une des rares usines de retraitement de tels déchets qui contrairement à d'autres ne fait pas trop 
parler d'elle, SARP, à Limay dans les Yvelines possède un incinérateur de déchets dangereux !				
A environ 60km de Neuillé-Pont-Pierre, à Voivres-lès-le-Mans, l'entreprise Mercure Boys Manufacture (MBM) s’appelle désormais HG Industries 
après avoir licencié la plupart de ses salariés. Elle défraye toujours la chronique à cause de 25000 tonnes de déchets chargés en plomb et autres métaux 
lourds qui sont laissés à l'abandon et dont personne ne veut. Chose intéressante : l'une des deux personnes qui souhaiteraient s'implanter sur Polaxis y travaillait ! Aux dernières nouvelles, le projet ne concernerait “que des ampoules basse consommation”, ce qui est difficile à croire à terme, surtout 
si comme cela a été dit, l'intention est de créer 2 emplois puis 10 plus tard, d'où un désir d'élargissement de société. Le projet est-il de rapatrier 
certains de ces déchets dangereux ici ? (11)
Dans un article de "Les échos", on y voit que le verre chargé en plomb est incorporé au béton ou au carrelage ! Il y a bien un problème dans le recyclage même de ce type de déchets, on ne sait comment se débarrasser de ces déchets dangereux. (12)
Les dangers du mercure sont très bien expliqués dans l'émission "Alerte au mercure"  (13) diffusée par France5 le 1 février 2015.
On y voit surtout le danger des amalgames dentaires et aussi, à 17.30mn, le fait que la présence d'une usine de fabrication d'amalgames est cachée aux riverains. On n'y emploie surtout pas de femmes enceintes! A 42.20mn, il est question des ampoules BC. A 46.15mn, le reportage se porte sur l'usine ARTEMISE réputée la plus moderne, à 2 heures de Paris. Encore une fois, les femmes enceintes ne sont pas autorisées, les ampoules cassées et la 
poudre de brisures sont présentes, les travailleurs ne sont pas protégés comme il se doit et les taux de mercure dans l'air sont dépassés. 
A lire absolument : les travaux importants d'Annie Thébaud-Mony, directeur de recherches au CNRS et toxicologue sur les pollutions industrielles. Elle apparait dans les deux vidéos “Pollution des sols : le scandale caché” et celle  sur la conférence de presse sur les problèmes d'Environnement Recycling à Montluçon (voir (9)).
Beaucoup de questions se posent sur ce type d'activité, il est crucial que les élus se posent les mêmes questions afin de ne pas mettre en danger la vie des habitants de nos cantons, le mercure et les autres composés impliqués étant très nocifs.
Nous souhaitons également ajouter que le fait que l'information sur cette entreprise soit parvenue aux oreilles de l'association est très positif et entre 
dans le cadre de la Convention d’Aarhus qui dit clairement que les citoyens doivent être informés dès le début de tout projet ayant une incidence sur l’environnement. Il doit en être de même pour toute autre future entreprise sur Polaxis. Une simple “information” donnée aux élus, surtout lorsqu'elle 
est accompagnée d'une présentation du projet en réunion de commission entre déjà dans une étape “post-information”.
Vous remerciant d'avance, nous vous prions de croire Madame/Monsieur, à l'assurance de notre considération distinguée.
										                                Pour l'association, Sarah Blanchet
										
										                                 La Présidente
LIENS INTERNET (avec entre parenthèses le début de plage intéressante)
(1)	http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Communes/Tours/n/Contenus/Articles/2015/02/09/Centre-de-tri-un-ou-deux-2216268
http://www.france5.fr/emissions/le-monde-en-face/diffusions/20-01-2015_294063
https://www.youtube.com/watch?v=D8gWG-TM7PI (6.15mn)
http://www.centre.developpement-durable.gouv.fr/quelques-chiffres-r683.html
https://www.youtube.com/watch?v=ZBZnx-Dlyfw et  https://www.youtube.com/watch?v=3S3Rgcko8IU ( à 5.00mn sur le second lien)
L’usine de recyclage Citron à l’abandon inquiète en Seine-Maritime, reportage BFM du 01/12/2014 : http://www.dailymotion.com/video/x2bhmr6_l-usine-de-recyclage-citron-a-l-abandon-inquiete-en-seine-maritime_news  et http://www.robindesbois.org/communiques/dechet/recyclage/2014/citron_les_affreux_du_recyclage_reportage.html
http://www.actu-environnement.com/ae/news/potentie-recyclage-ampoule-economie-energie-23513.php4 et http://blogs.mediapart.fr/blog/jp-morel/300115/alerte-au-mercure-vecue-depuis-un-site-menace-0
http://www.ineris.fr/centredoc/guide-technique---juin-2014-1404813170.pdf
http://www.inrs.fr/media.html?refINRS=ED%206043
http://www.regardactu.com/2014/09/environnement-recycling-vers-un-nouveau-scandale-sanitaire.html  et http://www.humanite.fr/montlucon-le-scandale-sanitaire-continue-551405 et vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=gmAnGd9Bubo
http://www.recylum.com/assets/uploads/RECYLUM-RapportActivite-2013-FR.pdf
 http://www.lemainelibre.fr/actualite/voivres-25-000-tonnes-de-dechets-a-l-abandon-11-05-2014-87644 et http://www.robindesbois.org/communiques/dechet/recyclage/2014/mercure_boys_manufacture_dechets_telerealite.html et http://www.francebleu.fr/environnement/voivres-il-faudra-au-moins-deux-ans-pour-evacuer-les-22-000-tonnes-de-dechets-1749831 et http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/voivres-mans-mbm-licencie-18-salaries-15-12-2013-122680
(	http://www.lesechos.fr/05/05/2014/LesEchos/21681-086-ECH_25-000-tonnes-de-dechets-en-desherence-dans-la-sarthe.htm
	https://www.youtube.com/watch?v=MCaJrQF05zE



En novembre 2014, la REVUE POUR N° 223, 2014/3 «Initiatives associatives
 pour une écologie rurale» a publié un article sur les activités de l’association.
 http://www.cairn.info/revue-pour-2014-3.htm




Nous reproduisons ci-après les deux articles publiés les 10 mai 2013 et 
22 février 2013 dans LE PETIT ÉCHO DE LA VALLÉE DU LOIR (lien), un grand merci au journal de nous avoir autorisé à les diffuser sur notre site :























































































RECOURS AU TRIBUNAL

Le 5 octobre 2012, le Tribunal Administratif d'Orléans n’a pas suivi la demande d’annulation du Plan Local d'Urbanisme de Neuillé-Pont-Pierre et condamne l’association à 1000 euros de dommages et intérêts à verser à la commune de Neuillé Pont Pierre ; lorsque l’association a fait annuler le PLU de 2008 (voir chronologie), la commune n’a rien eu à verser à l’association. 
Nous avons reçu demande de paiement ce qui implique la volonté de la municipalité de Neuillé Pont Pierre de faire taire la petite association que nous sommes.
La Nouvelle République publie alors le 18 octobre un article surprenant et inattendu dont vous pouvez lire le contenu en cliquant ici : article NR 18:10:2012.pdf
 Nous avons le 22 octobre envoyé au journal notre réaction que vous pouvez lire ci-dessous, intitulée «version 1». Puis on nous a écrit que cette version «ne pouvait pas être publiée en l’état», nous avons donc envoyé le 25 octobre ce que vous pourrez lire sous le titre «version 2». Finalement, «la version NR», quelque peu raccourcie et ainsi dépourvue de nombreux détails importants est publiée le 26 octobre :
«version 1» : L'article paru dans la Nouvelle République du 18 octobre 2012, en page 4, est assez surprenant. Un journaliste qui a entre les mains un jugement, en reproduit des parties, avant même que l'association n'en ait pris connaissance et sans que cette dernière n'ait été informée de la parution de cet article n'est pas très habile du point de vue de la démocratie. 
Quant au côté sensationnel du titre « Neuillé Pont Pierre : feu vert pour la zone Polaxis », il y a là une certaine méconnaissance du terrain puisque le recours de l'association contre le PLU de Neuillé Pont Pierre, seule solution pour freiner la course folle vers ce « grand projet inutile » qu'est la ZAC Polaxis, n'a pas empêché le début des travaux en juin 2011.
Ce qui est le plus intéressant dans cet article, ce sont les parties du jugement non reprises, mais elles auraient demandé plus d'analyse journalistique !
En effet, l'association avait déposé un recours contre le PLU approuvé en juin 2008 et avait gagné : annulation du PLU en novembre 2009, la commune n'a pas été condamnée à verser de dommages et intérêts à l'association.
En juillet 2010, le PLU est de nouveau approuvé, avec en moins les erreurs que l'association avait relevées. Le « nouveau PLU » est exactement le même que le précédent, avec une ZAC de 280 hectares, toujours classée SEVESO ; logiquement, l'association redépose un recours en septembre 2010. En parallèle, la commune décide de réviser son PLU une nouvelle fois début 2012, les deux précédents n'étaient-ils donc pas viables? Une nouvelle enquête publique devrait débuter bientôt. 
Cette fois, en octobre 2012, l'association voit son recours rejeté et doit verser la somme énorme pour une petite association de 1000 euros de dommages et intérêts à la commune de Neuillé Pont Pierre !
L'autre partie prenante non mentionnée dans l'article et qui porte ce projet est la Communauté de Communes de Gâtine et Choisilles. La ZAC ne peut être l'objet d'un recours qu'à travers le PLU puisqu'elle en fait partie : pas de ZAC sans PLU. L'étude d'impact et son complément auraient dû faire l'objet de l'avis de la préfecture de région, à la demande de la CC, elles ne l'ont jamais été.
Les parties non reprises de ce jugement révèlent combien il est difficile pour les citoyens de contrer une ZAC (procédure très pratique pour imposer des projets de zone Seveso comme celui-ci) :

« Considérant, en troisième lieu, que l'élaboration du plan local d'urbanisme et la réalisation d'une zone d'aménagement concerté sont régies par des procédures distinctes et portent sur des objets différents ; que, par suite, le moyen tiré de ce que le dossier soumis à enquête publique dans le cadre de la procédure conduisant à l'approbation du plan local d'urbanisme de la commune aurait dû comporter les documents relatifs à la création de la zone d'aménagement concerté « Polaxis » ne peut en tout état de cause être accueilli » 

« Considérant, d'autre part, que les préconisations du commissaire enquêteur, qui invite les auteurs du projet à envisager de réduire la surface de la zone d'activité Polaxis « en raison du manque actuel de ressource en eau » et «  d'étudier la possibilité d'utiliser l'embranchement ferré de la gare au lieu de créer un nouvel embranchement », ont été formulées en réponse aux orientations d'aménagement choisies par la commune et reprennent certaines des recommandations et avis formulés au cours de I'enquête publique; qu'ainsi, l'association requérante n'est pas fondée à soutenir que le commissaire enquêteur se serait prononcé sur un projet substantiellement différent de celui soumis à enquête publique »

« Considérant, en dernier lieu, qu'aux termes de I'article L.210-l du code de l'environnement : « L'eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection, sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels, sont d'intérêt général(...) » 

« Considérant que si l'association requérante soutient que les avis rendus sur le projet de plan local d'urbanisme de la commune par la direction départementale de l'équipement et la direction régionale de l'environnement feraient apparaître que l'alimentation en eau potable risque d'être insuffisante eu égard au développement de la future zone d'aménagement concerté, que la question de la gestion des eaux pluviales n'est pas traitée dans le dossier du plan local d'urbanisme et qu'il est impossible d'estimer les effets cumulés sur les cours d'eau des trois stations d'épuration de la commune, cette seule circonstance n'est pas de nature à établir que la délibération approuvant le plan local d'urbanisme de la commune méconnaîtrait les dispositions précitées de l'article L.210-l du code de I'environnement ; que, par suite, le moyen tiré de la méconnaissance de ces dispositions, à le supposer opérant, ne peut qu'être écarté »

C'est bien le problème de l'eau à et pour la commune de Neuillé Pont Pierre, déjà mentionné dans les colonnes de la Nouvelle République, avec une multitude de zones concurrentes et une crise économique et sociale grave qui constituent un énorme « feu rouge » à ce projet atteignant déjà 8 millions d'euros pour 14 hectares en cours d'aménagement!

«version 2» : Suite à l'article surprenant et inattendu paru le 18 octobre 2012, quelques précisions s'imposent. Le côté sensationnel du titre « Neuillé Pont Pierre : feu vert pour la zone Polaxis », montre une certaine méconnaissance du terrain puisque le recours de l'association contre le PLU de Neuillé Pont Pierre n'a pas empêché le début des travaux en juin 2011.
L'association avait déposé un recours contre le PLU approuvé en juin 2008 et avait gagné : annulation du PLU en novembre 2009. En juillet 2010, le PLU est de nouveau approuvé, avec en moins les erreurs que l'association avait relevées, sans changements, avec toujours la même ZAC de 280 hectares classée SEVESO ; logiquement, l'association redépose un recours en septembre 2010. Début 2012, la commune décide de réviser son PLU une nouvelle fois, une enquête publique devrait débuter bientôt : que dire de la viabilité des deux versions précédentes avec 3 révisions en 5 ans ! Le Tribunal reconnaît bien qu'existent toutes les entorses au droit que nous avons soulevées, mais estime que, prise une par une, elles sont sans conséquences sur la légalité. Cette fois, en octobre 2012, la petite association voit son recours rejeté et doit verser la somme exorbitante de 1000 euros de dommages et intérêts ! Deux poids deux mesures : la commune n'avait pas été condamnée à verser de dommages et intérêts à l'association en 2009. De par sa demande de 1500 €, somme pratiquement accordée par le Tribunal puisque à peine diminuée pour la forme, la commune espère bien par là faire taire toute opposition à son projet contestable et dangereux de ZAC pharaonique et irréaliste pour les finances locales et l'approvisionnement en eau potable, tel qu'il est inclus dans le PLU de Neuillé Pont Pierre.
Ce sont bien le problème de l'eau, soulevé dans le jugement, une multitude de zones concurrentes et une crise économique et sociale grave qui constituent un énorme « feu rouge » à la ZAC Polaxis.
Sarah Blanchet, présidente de l'Association « Qualité de Vie en Gâtine-Choisilles et Pays de Racan » - qualdevie.com

«version NR» : Neuillé-Pont-Pierre : la Zac fait toujours des remous

Dans notre édition du jeudi 18 octobre, nous avons rendu compte d'un jugement du tribunal administratif d'Orléans qui a rejeté une requête de l'association « Qualité de vie en Gâtine et Choisilles et pays de Racan ». Celle-ci contestait la légalité du plan local d'urbanisme (PLU) de la commune de Neuillé-Pont-Pierre approuvé en juillet 2010. A travers cette requête, elle visait en fait à freiner la réalisation de la nouvelle zone d'activités Polaxis, dont les travaux ont débuté en 2011 à proximité de l'échangeur de l'autoroute A 85.
A la suite de notre article, l'association nous a transmis un communiqué où elle rappelle qu'un premier recours avait abouti à l'annulation d'un premier PLU adopté en 2008. « Cette fois, notre association voit son recours rejeté et doit verser la somme exorbitante de 1.000 € de dommages et intérêts ! », s'étonne la présidente Sarah Blanchet qui voit sans ce nouveau jugement « deux poids deux mesures » et une forme de pression. 
« De par sa demande de 1.500 €, somme pratiquement accordée par le tribunal puisqu'à peine diminuée pour la forme, la commune espère bien par là faire taire toute opposition à son projet contestable et dangereux de ZAC pharaonique et irréaliste pour les finances locales… », poursuit l'association. Avant de conclure : « Ce sont bien le problème de l'approvisionnement en eau potable soulevé par le jugement, une multitude de zones concurrentes et une crise économique et sociale grave qui constitue un énorme feu rouge à la Zac Polaxis. »
http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2012/10/26/Neuille-Pont-Pierre-la-Zac-fait-toujours-des-remous
A lire, article de «La Nouvelle République» du 14 septembre sur la «petite fête» organisée pour les élus et certains «privilégiés» (histoire qu’ils sachent pourquoi ils ont dit oui à un projet coutant déjà 8 millions d’euros) : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/communes/Neuill%C3%A9-Pont-Pierre/n/Contenus/Articles/2012/09/14/Polaxis-la-1-re-tranche-bientot-operationnelle#commentaire
et notre réaction envoyée ce même jour, publiée sur la toile mais pas dans la version papier :
ZAC POLAXIS - ARTICLE NR DU 14 SEPTEMBRE 2012

A la page 59 du dossier d'étude d'impact de la ZAC Polaxis, présence de grenouilles rieuses, grenouilles vertes, grenouilles agiles, rainettes dans les mares. Où sont passées toutes ces espèces? N'ont-elles pas été transférées?
7 mares ont été comblées, les buissons autour, peuplés de rainettes ont été engloutis. Une seule espèce transférée : l'opération est bel et bien une farce!
Le bus affrété l'a été pour faire les quelques 1000m entre deux sites afin d'éviter à tout ce petit monde de marcher et se saupoudrer les pieds!
La zone pourra être opérationnelle seulement lorsque le PLU de Neuillé Pont Pierre sera modifié et révisé, or les services de l'état (DDT notamment) ont émis de sérieux doutes sur le dossier, concernant surtout le problème de l'eau. Même les premiers 13 hectares de la ZAC posent problème. 8 millions d'euros déjà pour un projet bancale, des banques qui ne prêtent plus aussi facilement, de l'eau qui manque, et une petite fête qui a coûté combien au contribuable?
Sarah Blanchet, www.qualdevie.com

Les travaux de la ZAC ont commencé le 6 juin 2011 sans affichage officiel aucun et avec une avance de 12 mois par rapport aux cahiers des charges. Le panneau officiel est apparu vers le 6 août (tiens tiens, deux mois après, délai de recours passé!) sans aucun permis de construire/d’aménager! Selon les porteurs du projet, une ZAC ne nécessite aucun permis de construire/d’aménager! La ZAC est donc la procédure sans contrainte pour installer tout et n’importe quoi, et sans enquête publique.
Selon les documents officiels, il fallait attendre le transfert des batraciens au printemps et la création de la zone humide de substitution avant de démarrer les travaux près des mares vouées à disparaitre, soit l’été 2012. L’association a fait des courriers tout l’été 2011 pour dénoncer ces manquements. 

ACCIDENT NUCLÉAIRE AU JAPON ET RADIOACTIVITÉ EN FRANCE
Fukushima : un an déjà et combien d’autres années?
A voir absolument : http://fukushima.arte.tv/#!/4883
Le blog de Fukushima est à ce jour la meilleure source d’informations sur ce qui se passe au Japon : 
http://fukushima.over-blog.fr/

Autre site intéressant : http://aweb2u.free.fr/dotclear/index.php?

Site dénonçant le fait que «L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ne remplit pas sa mission de protection des populations victimes des contaminations radioactives.» :  http://independentwho.org/fr/

Une excellente source d’informations au moment où on a tendance à ne plus trop parler de Fukushima (à part aux nouvelles sur ARTE Journal), et on oublie un peu, alors qu’il faut rester vigilant et continuer à s’informer :
http://www.netvibes.com/radiofranceenvironnement#NUCLEAIRE_JAPON

Le site à consulter tous les jours et qui sera presque certainement le premier à avertir la population sur des mesures inquiétantes dans l’air, l’eau ou l’alimentation est celui de la CRIIRAD, attention, il est parfois difficile de trouver les articles récents sur le site, il faut «fouiller» un peu :

http://www.criirad.org/

25/05/2011 - document CRIIRAD :
La contamination de la France métropolitaine dès le 22 mars 2011 a été cachée à la population. La CRIIRAD saisit le Premier ministre et l'ASN d'une demande d'enquête.
L’ANTENNE RELAIS POUR TÉLÉPHONIE MOBILE
Un nouveau pylône est apparu sur le Chemin Rural 58 près des hameaux de La Fredonnière et Carcoult, en limite des communes de Neuillé Pont Pierre et Semblançay (le positionnement de projets potentiellement dangereux d’un point de vue sanitaire est souvent en limite de commune : on a ainsi l’impression que ce sont les autres qui sont affectés et nous-mêmes un peu moins, on se rassure comme on peut!).
Quelques personnes concernées ont contacté l’association fin mai 2011, un peu tard puisque le panneau d’affichage était présent, d’après les dates, depuis décembre 2010, avec un délai de recours de 2 mois. D’où l’intérêt d’être TRÈS VIGILANT, TOUJOURS.
En attendant qu’un groupe de personnes se forme sur place pour travailler sur le sujet, l’association a fait un courrier au Maire de Neuillé Pont Pierre, puis la présidente est intervenue à la fin du Conseil Municipal du mardi 7 juin après que le contenu des trois pages de la lettre a été résumé en 20 secondes et que l’intervention d’un adjoint pour minimiser l’impact sanitaire de telles installations ont fait qu’elle ne pouvait pas laisser passer de telles non-vérités. 
IL EST PEU PROBABLE QUE LE MAIRE USE DU PRINCIPE DE PRÉCAUTION D’APRÈS LE COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL DU 7 JUIN 2011 QUI DIT : «le pylône de téléphonie mobile implanté près du CR58 est sur un terrain privé et a fait l'objet d'une déclaration préalable délivrée le 24/11/2010»
EN GROS : CIRCULEZ, Y’A RIEN À VOIR!
La lettre envoyée est consultable ci-dessous :


























































actualites_files/Neuille%CC%81%20P.V.%20CM%2010.02.2015.pdfhttp://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Communes/Tours/n/Contenus/Articles/2015/02/09/Centre-de-tri-un-ou-deux-2216268http://www.france5.fr/emissions/le-monde-en-face/diffusions/20-01-2015_294063https://www.youtube.com/watch?v=D8gWG-TM7PIhttp://www.centre.developpement-durable.gouv.fr/quelques-chiffres-r683.htmlhttps://www.youtube.com/watch?v=ZBZnx-Dlyfwhttps://www.youtube.com/watch?v=3S3Rgcko8IUhttp://www.dailymotion.com/video/x2bhmr6_l-usine-de-recyclage-citron-a-l-abandon-inquiete-en-seine-maritime_newshttp://www.dailymotion.com/video/x2bhmr6_l-usine-de-recyclage-citron-a-l-abandon-inquiete-en-seine-maritime_newshttp://www.robindesbois.org/communiques/dechet/recyclage/2014/citron_les_affreux_du_recyclage_reportage.htmlhttp://www.robindesbois.org/communiques/dechet/recyclage/2014/citron_les_affreux_du_recyclage_reportage.htmlhttp://www.actu-environnement.com/ae/news/potentie-recyclage-ampoule-economie-energie-23513.php4http://blogs.mediapart.fr/blog/jp-morel/300115/alerte-au-mercure-vecue-depuis-un-site-menace-0http://blogs.mediapart.fr/blog/jp-morel/300115/alerte-au-mercure-vecue-depuis-un-site-menace-0http://www.ineris.fr/centredoc/guide-technique---juin-2014-1404813170.pdfhttp://www.inrs.fr/media.html?refINRS=ED%206043http://www.regardactu.com/2014/09/environnement-recycling-vers-un-nouveau-scandale-sanitaire.htmlhttp://www.humanite.fr/montlucon-le-scandale-sanitaire-continue-551405http://www.humanite.fr/montlucon-le-scandale-sanitaire-continue-551405https://www.youtube.com/watch?v=gmAnGd9Bubohttp://www.recylum.com/assets/uploads/RECYLUM-RapportActivite-2013-FR.pdfhttp://www.lemainelibre.fr/actualite/voivres-25-000-tonnes-de-dechets-a-l-abandon-11-05-2014-87644http://www.robindesbois.org/communiques/dechet/recyclage/2014/mercure_boys_manufacture_dechets_telerealite.htmlhttp://www.robindesbois.org/communiques/dechet/recyclage/2014/mercure_boys_manufacture_dechets_telerealite.htmlhttp://www.francebleu.fr/environnement/voivres-il-faudra-au-moins-deux-ans-pour-evacuer-les-22-000-tonnes-de-dechets-1749831http://www.francebleu.fr/environnement/voivres-il-faudra-au-moins-deux-ans-pour-evacuer-les-22-000-tonnes-de-dechets-1749831http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/voivres-mans-mbm-licencie-18-salaries-15-12-2013-122680http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/voivres-mans-mbm-licencie-18-salaries-15-12-2013-122680http://www.lesechos.fr/05/05/2014/LesEchos/21681-086-ECH_25-000-tonnes-de-dechets-en-desherence-dans-la-sarthe.htmhttps://www.youtube.com/watch?v=MCaJrQF05zEhttp://www.cairn.info/revue-pour-2014-3.htmhttp://www.lecourrier-lecho.frPOLAXIS.htmlactualites_files/article%20NR%2018%3A10%3A2012.pdfhttp://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2012/10/26/Neuille-Pont-Pierre-la-Zac-fait-toujours-des-remoushttp://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2012/10/26/Neuille-Pont-Pierre-la-Zac-fait-toujours-des-remoushttp://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/communes/Neuill%C3%A9-Pont-Pierre/n/Contenus/Articles/2012/09/14/Polaxis-la-1-re-tranche-bientot-operationnelle#commentairehttp://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/communes/Neuill%C3%A9-Pont-Pierre/n/Contenus/Articles/2012/09/14/Polaxis-la-1-re-tranche-bientot-operationnelle#commentairehttp://www.qualdevie.comhttp://fukushima.arte.tv/#!/4883http://fukushima.over-blog.frhttp://aweb2u.free.fr/dotclear/index.php?http://independentwho.org/fr/http://www.netvibes.com/radiofranceenvironnement#NUCLEAIRE_JAPONhttp://www.criirad.org/http://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon_bis/irsn/11_05_25_CP_irsn_22_mars.pdfhttp://www.criirad.org/actualites/dossier2011/japon_bis/irsn/11_05_25_CP_irsn_22_mars.pdfshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3shapeimage_2_link_4shapeimage_2_link_5shapeimage_2_link_6shapeimage_2_link_7shapeimage_2_link_8shapeimage_2_link_9shapeimage_2_link_10shapeimage_2_link_11shapeimage_2_link_12shapeimage_2_link_13shapeimage_2_link_14shapeimage_2_link_15shapeimage_2_link_16shapeimage_2_link_17shapeimage_2_link_18shapeimage_2_link_19shapeimage_2_link_20shapeimage_2_link_21shapeimage_2_link_22shapeimage_2_link_23shapeimage_2_link_24shapeimage_2_link_25shapeimage_2_link_26shapeimage_2_link_27shapeimage_2_link_28shapeimage_2_link_29shapeimage_2_link_30shapeimage_2_link_31shapeimage_2_link_32shapeimage_2_link_33shapeimage_2_link_34shapeimage_2_link_35shapeimage_2_link_36shapeimage_2_link_37shapeimage_2_link_38shapeimage_2_link_39shapeimage_2_link_40shapeimage_2_link_41shapeimage_2_link_42shapeimage_2_link_43shapeimage_2_link_44shapeimage_2_link_45shapeimage_2_link_46